Pourquoi une consultation en neuropsychologie ?

La neuropsychologie est une branche de la psychologie. Elle permet l'étude du lien entre une zone du cerveau et sa fonction cognitive (attention, mémoire...). Le rôle du neuropsychologue est d'évaluer l'état de ces fonctions cognitives chez le patient : quelle est la nature de la difficulté ? Quelle est l'importance du trouble ? Constituent-elles au contraire une force pour la personne ? Pour ce faire, il utilise différents tests spécifiques : évaluation générale de l'intelligence (tests de QI) dans un premier temps, puis en fonction des besoins, évaluation de la mémoire, évaluation de l'attention, évaluation de la capacité à passer d'une idée à une autre... Ceci lui permet de dresser un profil cognitif, dans lequel les forces et faiblesses du patient apparaissent.  A partir de ce profil, d'éventuelles prises en charge et aménagements peuvent être proposés, dans tous les domaines de la vie quotidienne (travail, école, à la maison...), notamment des séances de remédiation cognitive.

 

Les bilans psychométriques (ou tests de quotient intellectuel) sont disponibles à partir de 2 ans et 9 mois, les bilans neuropsychologiques à partir de 6 ans. Des bilans sont également disponibles pour l'adulte et la personne âgée

 

Un bilan s'avère nécessaire dans les cas suivants

- Troubles des apprentissages tels que la dyslexie, dysorthographie, dyscalculie, dysphasie, dyspraxie et les troubles de l'attention (TDAH)

- Haut potentiel intellectuel (autrement appelé précocité intellectuelle ou personne surdouée)

- Troubles du spectre autistique

- Troubles de la mémoire, consécutif à un traumatisme subi soit dans la période entourant la naissance, ou plus tard

- Retard global dans les apprentissages ou retard mental

 

Il est important de considérer que la personne ne se réduit pas à des chiffres, ou à un ensemble d'exercices proposés sur quelques séances : elle doit être comprise dans toute sa complexité. C'est la raison pour laquelle nous accordons un intérêt tout particulier aux éléments de vie rapportés, au fonctionnement dans le quotidien ainsi qu'à l'état psychologique et émotionnel dans lequel la personne passe les tests, déterminants très importants pour appréhender et comprendre le profil cognitif le plus justement possible. Les tests sont donc uniquement des outils, et ne prennent un sens que si l'on considère le patient dans sa globalité : cet exercice difficile nécessite pour le psychologue des compétences particulières, acquises au cours d'études spécifiques. 

 

 

Qu'est-ce que la remédiation cognitive ?

 La remédiation cognitive est une prise en charge qui peut être proposée à l'issue d'un bilan neuropsychologique, si celui-ci met en évidence des fonctions cognitives altérées. Son but est de permettre au patient de pallier à ses difficultés par l'apprentissage de moyens de compensation ou bien en travaillant directement à l'augmentation de l'efficacité de la fonction cognitive en question. Plusieurs supports peuvent être utilisés : informatique, papier-crayon, jeux..., et parfois, des exercices à la maison sont proposés pour maximiser l'impact de la prise en charge. La remédiation cognitive permet donc une meilleure autonomie au quotidien et dans les apprentissages. Elle concourt également à une augmentation de la confiance en soi et donc de l'estime de soi du patient.

 

Lors des séances, une attention particulière est portée sur les fonctions dîtes métacognitives, c'est à dire la connaissance de son propre fonctionnement (par exemple, le patient a-t-il une mémoire plutôt visuelle ou auditive ? A-t-il besoin d'écrire pour apprendre ou bien de dessiner ?) afin de potentialiser l'effet de la remédiation, mais également son application à tous les domaines de la vie quotidienne : le patient se connait mieux, sait comment il fonctionne, il peut donc de lui-même installer des moyens de compensation.